20 janvier 2009

Troisieme extrait/Comme si de rien n'etait

Bon, si vous êtes attentif, vous remarquerez que cet extrait est au passé alors que les deux premiers sont au présent. Je sais... Le problème vient du fait que je n'arrive pas à choisir quel temps utiliser pour ce roman, il a été au passé, puis au présent, et je ne sais ce qui rend le mieux. Du coup ma dernière version sur l'ordinateur est un mélange improbable des deux, il va falloir que je choisisse et que je le relise en entier pour corriger ça, voires en plus les faiblesses que j'y décele, si je décide de l'envoyer à des maisons d'editions. Aurais je le courage/le temps ??
Merci pour vos avis, que ce soit pour le texte ou pour le temps que vous trouvez le mieux adapté !

[...]Et puis soudain, Loup la regarda.Vraiment. Pour la première fois depuis le début de cette soirée, et c’ était un regard étonnement tendre et compréhensif, même s’ il dura peu de temps, tellement que Nina douta de l’ avoir imaginé.
Seulement, il y en eut un autre du même genre. Plus tard, bien plus tard dans une boite dont Nina n’avait même pas retenu le nom, étonnée par tout autour, tant de lumières, tant de bruit, tant de gens, rien à voir avec les « Fêtes du village » qu’ elle avait connu.
Enivrée par les nombreux alcools qu’ ils avaient tous ingurgités, elle avait fini par danser, comme les autres, jusqu’à s’ en faire tourner la tête, les cheveux voletants, venant parfois fouetter son visage, tourner tourner tourner jusqu’ à ne plus voir les gens, leurs silhouettes, leurs mouvements électriques qui se mélangeaient et fusionnait.
A un moment, elle avait perdu de vue Loup et Basile, mais la présence de Lisa était toujours à ses cotés, alors elle continua, un peu chancelante, avec cette agréable impression que son cerveau était anesthésié par cet alcool, cette danse, et cette musique bruyante et répétitive, qu’ il lui offrait enfin un bref répit, ne plus penser, ne même plus avoir peur des oiseaux noirs.
Loup n’ aimait pas danser. Il était assis à leur table, devant les verres vide laissés par les autres, et le whisky-coca qu’il venait de recommander d’ une voix assurée. Il observait, de plus haut, les deux filles, Lisa, Nina, rieuses, belles, tellement qu’ il en eut un pincement au cœur, à l’ idée que tous les autres hommes
présents là, pouvaient les voir, comme lui. La beauté de Lisa n’ était certes pas pour lui une nouveauté, mais le charisme de cette adolescence du nom de Nina, ses mouvements -ravissants- de tête, cette manière qu’ elle avait de bouger –non qu’ elle dansât parfaitement, mais…- son visage soudain radieux, cette fougue, ici, dans cette boite, oui, cela était inédit.
Il but une autre gorgée de son verre, lentement, ne comprenant pas ce nœud qui naissait dans sa gorge, et s’ alluma ensuite une cigarette en pensant l’ aider ainsi à se dissoudre.
Mais cela ne s’ arrangea pas.
Au contraire, le nœud s’ amplifia et grandit lorsqu’ il aperçut ce garçon qui n’ avait d’ yeux que pour elle, la frôler plus que de raison.
Il n’ eut pas peur pour son Père, non. Il eut juste peur pour Nina, et pour lui un peu également, sans trop savoir de quoi exactement, ou sans oser se l’ avouer.
Il lui vint soudain à l’ esprit qu’ il fallait qu’ IL la protège. Qui le ferait, sinon ?. Son Père, parti une semaine sur deux ?
Sa jeunesse, sa fraîcheur, sa beauté si particulière, tout cela était une perche tendue pour tous les hommes, qui ne penserait qu’ à une seule chose, ne désireraient que cela en la voyant danser ainsi : avoir ce corps souple et chaud dans LEUR lit. Nina, qui les feraient se sentir plus jeunes, plus puissants, plus beaux, sa peau ambrée, délicate de jeune fille contre la leur, leurs sexes tendus, plongés dans cette fille fragile.
Une nausée furtive le submergea. L’ alcool ?
Il secoua la tête, puis l’ observa encore.
Et c’ est alors que naquit à nouveau ce regard-là, presque malgré lui, pas plus prévisible que la première fois, et que Nina, alors, tourna ses yeux vers lui . Figée, debout, droite, tout à coup –jurant parmi les autres qui remuaient toujours –Oh, elle est trop bien pour eux, se dit-il- le fixant au moment même où tous ces étranges sentiments naissaient en lui, et transparaissaient dans ses yeux, comme si elle avait senti, su, deviné, comme si son regard l’ avait brûlé.
Elle ne sut pas bien le définir, mais elle en fut troublée. Même s’ il ne fallait rien en laisser paraître, sauver les apparences, pas comme son Père , et puis elle sentait que cela pouvait l’ emmener sur une pente glissante. Une chute douce, excitante au départ, qui l’entraînerait dans un tunnel sans fond, trop vite pour qu’ elle puisse réagir, et puis se mettre à glisser glisser, sans fin.
Elle avait peur.
Alors elle crut bon de faire comme si ce regard-là n’ avait pas existé. Et puis, peut être l’ avait elle mal interprétée ?.
Se rassurer. Elle tourna les yeux, se fit happer par la foule grouillante comme une masse d’ insectes, la musique changea, les lumières aussi, violentes, stroboscopiques, si sombres, par intermittence.
Loup vit les contours de la silhouette de Nina disparaître, il but encore une gorgée, longue cette fois, de son alcool, et son cœur se glaça.
OUBLIE TOUT CA. [...]

Posté par Rozelia à 14:33 - - Commentaires [13] - Permalien [#]


Commentaires sur Troisieme extrait/Comme si de rien n'etait

    Franchement, je ne sais pas ce que tu attends pour l'envoyer à une maison d'édition...Ca donne envie de lire le livre en entier. Quand au temps, je crois que je prefere le présent.

    Posté par Andy, 20 janvier 2009 à 18:00 | | Répondre
  • C'est gentil ! Et moi aussi je crois que je prefère le présent...Mais tu vois il faut justement que je mette tous les verbes au même temps, que je corrige la mise en page, les fautes de frappes eventuelles etc...et aussi que je réecrive des passages parce que forcément, les extraits que je vous mets, ben ce sont les mieux ecrits/les plus interessants, et il y a plein de passages plus "faibles", et ça aussi il faudrait que je le revoie. Bref, du boulot en perspective!

    Posté par Aurore, 21 janvier 2009 à 09:27 | | Répondre
  • Tout pareil qu'Andy. Moi, ce que j'apprécie beaucoup ta capacité à emmener le lecteur dans ton univers. Il y a certes quelques petites phrases bancales mais il s'agit juste de correction au niveau du temppo. Au niveau du temps, je préfère aussi le présent, je trouve cela plus léger. Au boulot demoiselle, moi j'ai bien envie de le lire en entier ce livre.

    Posté par Mag, 21 janvier 2009 à 14:30 | | Répondre
  • Oui Mag', je vais essayer de me mettre à la correction dès que j' ai un peu de temps libre...
    Merci pour les encouragements, et quand je le sentirais prêt c'est avec plaisir que je le ferais lire à celles qui seront intéressées !

    Posté par Aurore, 22 janvier 2009 à 12:45 | | Répondre
  • ben tu vois j'ai exactement le meme probleme, je ne sais pas lequel choisir et en fait je me suis dit dernièrement que ce qui venait le plus naturellement c"était le passé. Et désolée mais je préfère te lire au passé. Et j'ai été très enivré par ton recit, vivement la suite...

    Posté par vaness6, 27 janvier 2009 à 00:13 | | Répondre
  • Merci Miss, je m'apprête à publier encore un extrait...

    Posté par Aurore, 10 février 2009 à 23:09 | | Répondre
  • Désolée, je n'ai pas du tout aimé cet extrait qui me fait penser à du Barbara Cartland. Enfin, cet avis ne concerne que moi!!!!

    Posté par Marie, 15 février 2009 à 11:03 | | Répondre
  • Ah oui carrément huhu...
    Perso je n'ai jamais lu de Barbara Cartland mais il me semble que c'est assez proche des arlequin et cie, genre des grandes histoires d'amours exotiques et bien guimauves...mon roman ne raconte pas vraiment ça. Cela dit ta critique pourrait éventuellement me servir à m'ameliorer mais il faudrait pour ça qu'elle soit un peu plus développée et un peu plus contructive...

    Posté par Aurore, 15 février 2009 à 15:57 | | Répondre
  • Je vais essayer de t'expliquer ce qui me dérange dans cet extrait. Tous ces adjectifs, cet emballement sensuel me laissent de marbre...A l'écrivain de créer l'atmosphère du roman et d'y plonger son lecteur. Suggérer, jouer sur les implicites... Ici, le lecteur est trop guidé, trop tenu par la main. Il se passe ça et c'est comme ça.
    De plus, je trouve l'action trop répétive et monotone. Il la regarde d'un regard spécial, elle fait de même, il recommence, etc.
    Par ailleurs, certaines phrases n'ont pas grand sens :"Enivrée par les nb alcools qu'ils avaient tous ingurgités, elle (...)". Comment pourrait elle être ivre des alcools que les autres ont bus ? Je ne vois pas.
    La syntaxe de la phrase suivante est incorrecte :"Plus tard, bien plus tard dans une boite dont Nina n’avait même pas retenu le nom, étonnée par tout autour, tant de lumières, tant de bruit, tant de gens, rien à voir avec les « Fêtes du village » qu’ elle avait connu. "
    Ceci n'engage évidemment que moi. Je me contente de te donner mon avis de lectrice.
    Salut,
    Marie.

    Posté par Marie, 15 février 2009 à 20:26 | | Répondre
  • Pour la phrase "Enivrée par les nombreux alcools qu'ils avaient tous ingurgités..." il me semble evident que Nina fait partie du "Tous". Cela dit tu as raison c'est sans doute un peu maladroit, je pourrais le remplacer par "Enivrée par les nombreux alcools qu'elle avait ingurgité, comme les autres..." ou un truc du genre.
    Pour l'autre phrase, syntaxe correcte ou non moi ça ne me choque pas. Ca m'arrive parfois de faire des phrase sans doute pas complètement correctes, genre des moments ou des mots se suivent sans ponctuation, ça donne un certain souffle et je pense qu'on peut parfois contourner certaines règles. Pas tout le temps, et pas n'importe comment certes, mais je pense que l'on comprend cette phrase non ? D'ailleurs je ne vois pas bien ce qui t'y choque en fait, la phrase est correcte si on supprime le point entre celle d'avant et celle là. J'ai en quelque sorte "coupé une phrase en deux" et ce, volontairement.
    Enfin pour le reste, je pense effectivement que tout est question de goût personnel. De plus, ce ne sont que quelques lignes d'un roman faisant 130 pages, tu ne sais pas quel lien ont ces deux personnages, ni ce qu'il se passe avant ou après, et j'essaye de publier des extraits "phares" révélateur de certains faits. J'ai bien conscience d'avoir beaucoup de failles encore dans mon ecriture, j'ai commencé ce roman il y a 4 ans et je planche encore dessus parce que certaines maladresses me sautent aux yeux maintenant, avec du recul. Cela dit,c'est un extrait que j'aime bien moi, en essayant d'être un tant soit peu objective...
    Merci pour ta critique un peu plus développée parce que ton premier commentaire sonnait plus comme un jugement un peu sec et pas très sympathique. Les critiques me font évoluer, après, je prends des choses et j'en laisse d'autre. Je corrigerais surement la phrase sur les alcools etc... mais j'aime le reste comme il est.

    Posté par Aurore, 15 février 2009 à 22:51 | | Répondre
  • Et oui Aurore, tu t'exposes c'est normal d'avoir des retours mais aie, aie, aie cela ne doit pas toujours être évident à comprendre ou à entendre quand on est le nez dedans Continue moi j'aime bien et puis tu n'es pas la première à faire des phrases un peu tortueuses mais c'est qui donne aussi le charme à tes extraits

    Posté par Mag, 25 février 2009 à 17:07 | | Répondre
  • c'est super, je viens de découvrie ton blog grace à celui de princesse Sasha
    ça me fait tout drôle de voir un personnage qui s'appelle "Loup"... je le ferai lire à mon fils plus tard!
    en tous cas moi qui suis une fan de romans, j'adore ton style!
    bisous

    Posté par Marie H, 03 juin 2009 à 11:11 | | Répondre
  • Merci Marie, ça me fait plaisir de te voir ici !
    Oui je t'avais dit je crois que j'adorais ce prénom et que le "héros" de mon dernier écrit s'appellait comme ça
    Comment va p'tit Loup au fait ? J'aimerais bien avoir de vos nouvelles, tu passes plus sur le forum ?
    Bises

    Posté par Aurore, 04 juin 2009 à 17:57 | | Répondre
Nouveau commentaire