04 octobre 2008

I Amsterdam

Là bas, on se levait tôt, et quand on sortait, il y avait déjà un beau et grand soleil rien que pour nous.
On marchait sur la passerelle qui sortait de notre Hôtel-bateau, et puis on voyait déjà la ville, là, qui s' offrait à nous, et ces promesses de découvertes, de surprises et de détentes qui nous appellaient.
On était heureux du coup, bien, des fois on se prenait la main, des fois non, mais on se regardait toujours, complices.
Moi je jouais ma fausse organisée dès qu'on faisait une halte dans un coffee :"On pourrait visiter ça, faire tel musée, et puis dans le même coin, y'a ce coffee qui a l' air super". Mais au final, c' était Nico  qui nous conduisait, grâce au soleil entre autres parait-il, et puis on marchait, sans fin, on croisait leurs maisons à l'architecture si particulière, avec les crochets tout en haut, parfois penchées, ou parfois si entourées d'eau qu'on croirait être à Venise.
Dans les coffes, simplement cette impression d' irréalité, être là, dans une salle cosy ou moderne, avec de la musique reggae ou de la techno bruyante dans les oreilles, devant un jus de fruit frais ou un cappuccino fumant, fumer tranquillement un pétard à l' herbe en observant autour de soi les autres -Les touristes français, comme nous, les Amstellodamois parfois jeunes, parfois quarante ans et costard-cravaté que tu te douterais pas qu' ils fument- répeter les mêmes phrases : "One orange juice , please". "A cappucino and a black coffee."
Nous sourire. Ecrire des cartes débiles pour les amis.
Et puis se perdre, encore et encore. Et aimer ça. Rire au bout de la troisième fois où on repasse au même endroit, faire le tour de tous les canaux, se répérer, à nouveau. Entrer dans un coffee. Dans l'un d' entre eux, un écran géant qui diffuse "Mister Bean". Fumer et rire. L ' humour visuel : language universel.
Remarcher, encore. Manger des conneries, des croissants au jambon, des "Double Whoppers with cheese".
Croiser encore des touristes français, et nous lancer un sourire complice après, râler pour de faux :"Bordel, mais on n'est plus chez nous, ici !".
Ce musée sur l' art égyptien où on a surtout passé du temps à sortir tous les prénoms de nos amis/famille en hiéroglyphes.
Ce Coffee-shop qu'on a fait trois fois, avec ces chouettes peintures/dessins aux murs, et où j'ai bu le premier jus de pomme frais de ma vie, tellement bon que j' me damnerais pour y retourner.
Prendre des photos, plein. Des sans flash, surtout. Et des "Space invaders".
Sentir le soleil sur nos visage. Près d'un immense canal. Avec des mouettes criardes tourbillonnant autour. Se dire que cette ville réunit tant de choses qu'on aime.
C' est le nord, mais il faisait si beau, que face à cette eau, les oreilles remplies des cris des mouettes, j'avais l' impression d' être à Marseille, d' être dans une ville du sud, ensoleillée,avec la Méditérannée à côté...
Marcher encore et encore, avoir mal au pieds mais c'est pas important, découvrir de nouvelles choses à chaque angle de rue, et me répéter, comme une litanie :"Putain, mais qu'est-ce que j'aime cette ville..." Ne pas en revenir.
Au bout de quelques jours, commencer à fantasmer, un sourire aux lèvres."Ca serait chouette d' habiter ici, n' empêche. On pourrait, si on voulait vraiment, non ? si on s' en donnait les moyens ?".
Les noms des rues qui se confondent, cette langue si spéciale...
Acheter deux spaces muffins, un soir. Mangés à l' hôtel. S endormir avant même de sentir les effets [Cela dit, c' était peut être ça l' effet.]
Et puis cet animal que Nico m'a certifié être une poule de mer enfin, ce couple d' animal, qui avait fait un nid juste à côté de l' hotel. Le mari qui allait chercher des trucs dégueulasses dans l' eau pour les ramener à sa femme et qu' elle déplacait soigneusement pour protéger ses oeufs.
A chaque fois qu'on passait devant, les oberver, partir dans un doux délire.
En profiter. Prendre des petites rues, sortir d' un coffe-shop, et repartir, la tête embrumée, un sourire aux lèvres à travers la ville, flottants, libres, heureux.
Dans certains quartiers, se croire à la campagne. Croiser un moulin, un seul. Mais partout, de l' herbe, des fleurs, des arbres, du vert du jaune du rouge ...
Entendre les douces mélodies jouées par leurs églises, et la "sonnette" des vélos derrière nous. Des lignes de tramway, partout, par terre et au ciel.
Des boutiques sympas, de gadgets, de livres, de savons de toutes odeurs. Des marchés pleins de fleurs.
S' en prendre plein les yeux pour plus tard, respirer, sentir, profiter, mais le temps nous glisse toujours entre les mains, et c'est si bête de se gâcher les instants en cherchant en vain à le retenir.
En se disant, comme un compte à rebours: "Plus que quatres jours, plus que trois, plus que deux..."
Je ne me changerais pas. Mais j'ai aimé ces six jours, tellement...Mon amour,on repart quand tu veux.

[Texte écrit et publié sur mon ancien blog au retour du voyage à Amsterdam en avril 2005]

Posté par Rozelia à 14:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


Commentaires sur I Amsterdam

    Purée déjà que je reve d'y aller....

    Posté par Andy, 04 octobre 2008 à 16:08 | | Répondre
  • Huhu prévoyez vous ça un de ces 4, c'est vraiment une ville magnifique... Nous j'espère qu'on pourra bientôt y retourner en amoureux!

    Posté par Aurore, 04 octobre 2008 à 17:14 | | Répondre
  • J'ai la poisse avec cette ville: à chaque fois que je dois y aller il y a une merde! Là on voulait y aller pour le 11 novembre mais je ne trouve pas d'avion dans mon budget car c'est un jour férié mais je ne laisse pas tomber...

    Posté par Andy, 04 octobre 2008 à 19:57 | | Répondre
  • Très bien écrit on s'y croirait...

    Posté par vaness6lili, 05 octobre 2008 à 11:24 | | Répondre
  • Andy > J'espère que ça va marcher, cette fois, cette ville en vaut le coup !

    Vaness' > Merci c'est gentil miss! D

    Posté par Aurore, 05 octobre 2008 à 12:22 | | Répondre
  • un hotel bateau ? classe...
    Quel beau récit !! Dès qu'on est allés au Japon, je traine mon homme à Amsterdam !!

    Posté par Snana, 05 octobre 2008 à 14:25 | | Répondre
  • Très bien écrit et décrit

    Excellent, cela donne aux jeunes mamans la chance de voyager un peu par tes mots. Voyager cela ferait du bien, faire du vélo en Hollande, de la rando en Ecosse, de la moto en Corse. ... Arghhhh j'en rêve, fuyons Paris Merci Aurore pour cette touche de bleu dans cette journée parisienne toute grise

    Posté par Mag, 07 octobre 2008 à 15:19 | | Répondre
  • Merci les filles
    Snana > Ouais, un hotel bâteau, assez bon marché et tout près de la gare et du centre ville. Si on retourne à Dam je crois qu'on rechoisira celui là !

    Mag > C'est gentil Tu sais moi aussi je rêve de voyage en ce moment, celui ci date quand même d'il y a plus de 3 ans !! Je crois qu'on s'en fera un en amoureux quand Sasha sera un peu plus grande, et il y aura l'eternel dilemne > Découvrir une nouvelle ville VS retourner à Dam qu'on adore

    Posté par Aurore, 07 octobre 2008 à 18:56 | | Répondre
Nouveau commentaire